Le tabac, une drogue légale, mais pas inofensive.

LE TABAC, LA CIGARETTE

 

I] Le tabac, c'est quoi ?

Les composants

Les cigarettes étaient autrefois constituées uniquement de papier et de tabac. Aujourd'hui plus de 4000 substances chimiques inhalées par la fumée de cigarette dont plus de 60 classées cancérigènes pour le comité International de Recherche sur le Cancer.

La cigarette contient en effet des composants à faire pâlir:

- De l'acétone, un dissolvant.

- De l'acide cyanhydrique employé autre fois dans les chambres à gaz.

- Du monoxyde de carbone qui sort des pots d'échappements des voitures.

- Du DDT, un insecticide.

- La nicotine, dont on approfondira le cas plus tard.

- De l'arsenic, un poison très puissant.

- Le mercure.

- l'ammoniac, un détergent.

 

Les autres moins connus sont: L'acétaldéhyde, l'acroléine, le dimethylnitrosamine, le naphtalène, la naphtylamine (mortel), le méthanol (carburant de fusée), le pyrène (mortel, qui se rencontre dans le goudron), le cadmium (analogue au zinc), le benzopyrène (mortel et cancérigène, se rencontre également dans le goudron), le chlorure de vinyle (mortel), la toluidine, l'uréthane (mortel), le phénol, le butane, le dibenzacridine, le toluène (solvant, carburant, issu du pétrole), le polonium 240 (mortel, première substance radioactive découverte P&M Curie), le styrène (se rencontre dans le goudron), goudrons (mortels) et du plomb...

 

La nicotine, notre acteur principal

Passons désormais au plus important de tous ces composants: la nicotine. C'est un poison de rare violence, comparable au cyanure. Une seule goutte de nicotine pure, extraite d'une feuille de tabac, qu'on déposerait dans l'oeil d'un chien le tuerait instantanément. Un paquet de cigarettes contient l'équivalent de plusieurs gouttes.

C'est une substance active, liquide huileux et incolore, jaunissant à l'air. Elle a une saveur âcre et une odeur désagréable. Elle possède la caractéristique de calmer et de stimuler en même temps.

La nicotine est un alcaloïde, composé organique azoté et basique tiré d'un végétal, présent dans les plantes de la famille des solanacées et notamment dans les feuilles de tabac (jusqu'à 5 % du poids des feuilles). Sa fonction est de protéger la plante contre les insectes.

Sa formule est C10H14N2. A l'aide du logiciel Rasmol, nous avons pu obtenir sa structure tridimensionnelle : les carbones étant colorés en rouge, les hydrogènes en bleu et les azotes en vert.

 

 

Les différentes prises du tabac

La cigarette manufacturée : Celles-ci sont fabriquées en série de manière industrielle. Elle dispose d'un entourage en papier et, en général, d'un filtre à l'une de ses extrémités. En effet, certaines "variétés" n'en contiennent pas. Elles se vendent dans les tabacs par paquet allant en général de 10 à 25 unités. La cigarette manufacturée reste la plus consommé aujourd'hui.

Le tabac à rouler : Celui-ci, moins cher que la cigarette car moins taxé, conquiert d'année en année de plus en plus d'adeptes. Ce sont surtout les jeunes qui consomment le plus les roulées. Mais si le tabac à rouler est moins cher, il est,contrairement aux idées reçues, plus nocif que les cigarette manufacturées. En effet, les rendements de goudrons et de nicotine sont nettements supérieurs. De plus, les roulées doivent être rallumées à plusieurs reprises, ce qui renforce l'exposition au CO (monoxyde de carbone) et aux goudrons.

Le cigare et la pipe : Du fait de la composition de la fumée, la nicotine est plus facilement absorbée par la muqueuse buccale. C'est pourquoi ceux qui n'ont jamais consommé de tabac sous d'autres formes n'avalent pas la fumée puisque c'est inutile pour ressentir l'effet de la nicotine. En revanche, les fumeurs qui consomment des cigarettes ont du mal, du fait de l'habitude, à ne pas inhaler la fumée, entraînant ainsi une absorption de produits nocifs plus importante. Ainsi, les pipes etles cigares ne sont généralement pas moins nocifs que les cigarettes classiques.

La chicha : C'est une pipe à eau traditionnellement fumée au Moyen-Orient. Elle permet de fumer du tabac, aromatisé ou pas, chauffé grâce à un charbon et dont la fumée est refroidie en passant à travers de l'eau.Malgré ce passage dans l'eau, la fumée n’est pas moins nocive. La toxicité esten effet équivalente à celle de la cigarette manufacturée. Cependant, la duréed'exposition au tabac est généralement longue, autour de 45 minutes, et letabac contenu équivaut à 10 cigarettes.

Le tabac non fumé, de la chique au snus: Avant la période industrielle, qui a introduit la cigarette, le tabac était souvent consommé sous forme de chique (feuille de tabac roulée et mastiquée) ou de prise (tabac émietté et introduit dans le nez). Ces modes de consommation perdurant dans certains pays développement, on assiste à un détournement du tabac à priser dans les pays nord-européens. Ce nouveau mode de consommation appelé snus ou snuff est le croisement de la chique et de la prise. Le conditionnement du tabac à priser (tabac hâché et humecté), présenté sous forme de petite boulette, est placé entre la gencive et la joue, parfois pendant plusieurs heures.

Une dose moyenne de tabac à priser, conservée dans la bouche durant une trentaine de minutes, procure autant de nicotine que quatre cigarettes. L'utilisateur atteint un niveau de nicotine dans le sang par la muqueuse buccale qui est aussi élevé ou même plus élevé que s'il fumait une cigarette. Le tabac à priser crée plus de dépendance que le tabac à chiquer et les deux formes présentent des risques de cancer au niveau de la cavité buccale et du système digestif.

 

 

II] Organisme et dépendance.

Le cerveau et l'organisme.

Le cerveau et zones atteintes.

 

L'absorbtion du tabac, et plus particulièrement de nicotine, touche des parties très précises de notre cerveau, qui aura par la suite des répercutions sur notre organisme.

La nicotine agit directement sur le cerveau, au niveau d'une région appelée noyau accumbens et liée au plaisir. Le noyau accumbens est un ensemble de neurones situés à l'intérieur de la zone corticale prosencéphale. Il semble qu'il joue un rôle important dans le système de récompense, le rire, le plaisir, l'assuétude (accoutumance, dépendance), la peur et l'effet placebo (Le placebo est un traitement absolument inactif administré à la place d'un traitement actif à un malade ignorant cette substitution par un médecin ignorant également cette substitution. L'effet placebo est l'effet psychophysiologique produit par les placebos.)

Le noyau accumbens une structure neurale majeure du système de récompense. C'est un système fonctionnel fondamental des mammifères. Ce système de “récompenses” est indispensable à la survie, car il fournit la motivation nécessaire à la réalisation d'actions ou de comportements adaptés, permettant de préserver l'individu et l'espèce (recherche de nourriture, reproduction, évitement des dangers ...).

 

L'effet de la nicotine est très rapide. En effet, elle met seulement sept secondes, après l'absorption, pour parvenir au cerveau. Celui-ci réagit en produisant des endorphines comme la dopamine, qui vous mettent "sur un petit nuage". La dopamine est un neuro-transmetteur, substance jouant, dans le cerveau, un rôle sur le contrôle des mouvements.

La libération de dopamine produit une sensation de plaisir que l'usage cherche à renouveler. C'est avec un usage régulier que la dépendance apparaît engendrant un manque dés que le fumeur n'a pas fumé depuis trop longtemps (temps variant en fonction de la fréquence à laquelle le fumeur a pris l'habitude de fumer).

 

Autres organes touchés.

Comme vu plus tôt, la nicotine a la capacité de détendre et de stimuler en même temps. Dix secondes après la première bouffée, les effets commencent à se faire sentir : Tout d'abord, la détente. Le cerveau émet des ondes alpha, ondes qu'on enregistre lorsque le cerveau est au repos. En même temps, la nicotine stimule les glandes surrénales. Ce sont deux glandes endocrines (glande qui sécrète des hormones dans la circulation sanguine) triangulaires situées au-dessus des reins. Celles-ci nous aident à supporter les agressions externes. Nous verrons par la suite ce que cette réaction engendre sur notre corps.

Si le fumeur résiste, c'est qu'il instaure tout un système de défense : il développe des enzymes capables de détruire au fur et à mesure les toxiques de la cigarette. Néanmoins, ce phénomène est long et met le corps à rude épreuve.

La nicotine fragilise le coeur plus vite. En effet elle augmente le rythme cardiaque. Les bronches souffrent aussi beaucoup: irritations, empêchement du nettoyage des voies respiratoires... Les poumons s'encrassent et plusieurs années sont nécessaires pour qu'elles redeviennent saines.

 

 

La dépendance

La nicotiné crée une dépendance rapide qui pousse le fumeur à s'assurer en permanence qu'il a bien son paquet sous la main ou la cigarette d'un copain à proximité. La dépendance peut être physique, les gros fumeurs, sans leur cigarette peuvent avoir des maux de têtes et tremblements. Mais la dépendance est avant tout psychique : en état de manque, le fumeur devient nerveux, irritable, ayant de la peine à se concentrer ou s'endormir. S'il ne recommence pas à fumer, ces symptômes subsistent quelques jours seulement. Mais l'envie de fumer elle, prend plus de temps à disparaître.

Le fumeur privé de tabac ressent une impression de manque et, par accoutumance, devient tributaire de doses de plus en plus importantes.

 

 

III] Les effets

Effets immédiats

Comme vu précedemment, la nicotine met sept seconde à accéder au cerveau, son effet est très rapide. La production de dopamine provoque une sensation de bien-être extrême. Grâceà ces deux modifications: l'émission d'ondes alpha par le cerveau et la stimulation des glandes surrénales qui nous aident à supporter les agressions externes, des sentiments de "mieux-être", de détente et de confiance s'installent, qui permettent de mieux affronter les situations angoissantes, d'avoir les idées plus claires, de se concentrer.

Les effets principaux se manifestent sur le système nerveux: nausées, sueurs froides de la première cigarette; mais surtout sur l'apparei circulatoire. La fréquence cardiaque d'un fumeur est augmentée en permanence de 10 à 20 pulsions/min, et une augmentation de la tension artérielle.

A basse concentration, la nicotine stimule seulement le système nerveux. A haute dose, on peut ressentir des nausées, envie de vomir, etc...

 

Effets à long terme

Les modifications au niveau circulatoires sont un des facteurs du rétressessiment des artères, une des origines des accidents vasculaires, cardiaques et cérébraux. En effet, à longs termes, les fumeurs risquent beaucoup plus que de simples augmentation au niveau de la fréquance cardiaque ou de la tension artérielle: beaucoup sont atteints régulièrement de crises cardiaques, de ruptures d'artères, d'attaques cérébrales, etc...

Fumer entraîne, également, des spasmes des petites bronches, engendrant eux même des gênes respiratoires, allant jusqu'à la mort par paralysie respiratoire. En effet, les goudrons irritant les muqueuses, ils empêchent le bon nettoyage des voies respiratoire et engendrent l'encrassement des poumons. Les bronches d'un gros fumeurs se chargent ainsi chaque année d'une centaine de grammes de gourdons et cela de manière durable. Comme vu précedemment, il faudra un bon nombre d'année pour qu'elles deviennent saines alors qu'elles étaient soumis à la fumée pendant plus ou moins longtemps. C'est donc pour cela que l'on dit que les fumeurs ont le souffle court. Quelconque activité assez physique provoque un essouflement plus ou moins violent, marqué, pour un fumeur. Il se fatige beaucoup plus vite qu'une individu sain et prendra plus de temps à récupérer.

Fumer engendre un gros désordre dans l'organisme au fur et à mesure. L'individu deviendra de plus en plus anxieux, irritable, ressentira vertiges, maux de têtes, nausées et de gros trouble au niveau de son sommeil.

Effets sur l'entourage : le Tabagisme passif

En effet, si la cigarette a des effets incroyablement marquables et dangereux sur notre organisme, il peut aussi en avoir sur les autres. En effet, lorsqu'on exhale notre fumée, les personnes qui nous entoure en "profite" autant que nous et le danger que nous nous infligeons, nous l'infligeons également à notre entourage.

Le fumeur passif respire la fumée répandue dans l'atmosphère qui l'entoure, provenant directement du courant qui s'échappe d'une cigarette. A noter! Le courant secondaire de cigarette est plus toxique que la fumée ihnalée directement par le fumeur! Selon l'académie de médecine, la fumée de tabac constitue "la source plus dangereuse de pollution de l'air domestique, en raison de sa concentration élevée en produits toxiques mais aussi parce que l'on y est exposé à tout âge et pendant des périodes beaucoup plus longues que celles où l'on subit une pollution atmosphérique extérieure".

Au delà de la gêne occasionnée, le tabagisme passif aggrave des pathologies existantes et en créer des nouvelles. Les risques demeurent certes moins importants que chez le fumeur actif, mais les conséquences pour la santé sont réelles. Ces risques augmentent avec la durée et l'intensité de l'exposition.

 

Quelques exemples :

Chez la femme enceinte, le tabagisme actif entraîne une augmentation du risques des fausses couches, de grossesses extra-utérines et d'accouchements prématurées. Cela peut aussi entraîner un retard sur le développement du feotus et provoquer une plus petite taille du nouveau né à la naissance. Quand le tabagisme est passif, par exemple par le conjoint, les effets sont mesurables bien que moins importants.

Fumer en présence d'un jeune enfant engendre des répercutions sur le système respiration: cela favorise les risques de crises d'asthme et d'infections respiration comme les bronchites et les pneumonies. Cela peut aussi provoquer une faible, mais significative, diminution au niveau du développement des poumons; de plus, le risque de mort subite chez le nourisson est favorisé. Cependant fumer représente aussi un danger pour le visage d'un enfant: on remarque que cela entraîne des irritations au niveau des yeux, du nez et de la gorge mais aussi une fréquence accrue des rhinopharyngites et des otites.

Chez l'adulte, le risque de développer un cancer du poumon est augmenté de 25% si son conjoint fume; l'exposition à la fumée de cigarette augmente de 50% le risque d'être victime d'une crise cardiaque. En plus de ça, le tabagisme passif augmente de plus de 50% les risques de cancer des sinus de la face; il altère les parois des artères et double les risques d'accident vasculaire cérébrale.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×